Popayan, la ville blanche. Première étape pour rejoindre le Mexique.

Toutou sur le rebord de la fenêtre

Toutou sur le rebord de la fenêtre

Descendant  les 6 heures de bus de Pasto, le climat s’adoucit, se réchauffe. La faune et la flore changent, le soleil tape. Ici il y a beaucoup de couleurs, les fleurs sont partout et les oiseaux chantonnent. Me voilà au milieu d’une belle journée de printemps!

 

Catédral

Catédral

Petite place

Petite place

À peine arrivé, j’appelle mon ami Rodrigo. Je le rejoins chez lui et 10 minutes après que sa mère me demande qui je suis, je suis servi d’un café et de pain pour le 4 heures. L’hospitalité en Colombie, c’est une merveille. Ici on donne, on partage et on profite.

Iglesia San Fransisco

Iglesia San Fransisco

 

Pendant que Rodrigo travaille sur sa thèse, j’irai faire un tour dans le vieux centre ville colonial. Il y a un grand nombre d’églises et de cathédrale. On trouve de grands arbres et de la végétation dans la ville, c’est plutôt agréable.

La Ermita

La Ermita

Parque Caldes

Parque Caldes

 

Les seules églises qui illuminent sont celles qui brûlent

Les seules églises qui illuminent sont celles qui brûlent

Pour le coucher du soleil, je choisis de grimper sur le Morro, petite colline qui laisse voir une belle vue sur la cité.

 

Popayan

Popayan

 

Coucher de soleil sur Popayan

Coucher de soleil sur Popayan

Coucher de soleil sur Popayan

Coucher de soleil sur Popayan

Coucher de soleil sur Popayan

Coucher de soleil sur Popayan

 

Plus tard je me retrouverai avec Andrés. Nous irons chez Lenin pour discuter, boire une bière, jouer au poker et concevoir des jeux pour enseigner l’anglais.

Ici on entend susurrer nombre d’histoires de voyageurs qui pensaient seulement traverser rapidement la ville et au final y resteront un moment, séduits par la douce météo, les habitants chaleureux et la taille humaine de la ville.

 

A

A