La veille

Mélange d’excitation, de peur, d’envie de savoir…

Demain dans la nuit aura lieu la cérémonie. Le taita Bernardo parait sérieux, les gens d’ici ont confiance en lui. Je fais aussi confiance aux personnes qui m’accompagnent.

Mais je sais qu’au fond je serai seul a vivre cette expérience, seul avec ma folie la plus forte.

Le YAGE aura t-il un quelconque effet sur moi? Verrais-je des couleurs merveilleuses? Des serpents et des monstres terribles? Serai-je illuminé, aurais-je des révélations? Surgiront en moi les horreurs les plus profondément enfouies de mon inconscient? Ferai-je un avec la Nature et l’Univers? Reviendrai-je entier comme je le suis aujourd’hui et maintenant?

Les avis sont partagés.

Moi j’ai beaucoup réfléchi, je suis curieux et excité.

La plante Ayahuasca

La plante Ayahuasca

Action!

Ce matin je me réveille avec une boule au ventre, sensation qui va m’accompagner une bonne partie de la journée. En effet c’est aujourd’hui que je vais connaitre cette plante, ce breuvage d’Amazonie qui me fascine depuis multiples années, depuis que j’ai vu ces reportages, ces documentaires, depuis que je sais que le monde sobre et normal n’est pas le seul qui puisse être visité. J’ai suivi un régime ces derniers jours: pas d’excès de quelconque manière que ce soit. Aujourd’hui je dois manger léger le midi et ne pas manger le soir, ou quelques fruits. Les amis me préviennent, le YAGE est un médicament purgatif, tout ce que je prendrai en moi sera expulser d’une manière ou d’une autre. Autant y aller avec le minimum!

Je passe une partie de l’après-midi avec Liliana a l’aider a traduire un mode d’emploi en anglais, je pars acheter quelques produits qui me semblent vitaux: 5L d’eau potable, une vingtaine de petits pains pour le lendemain et pour le Taita qui vit assez loin d’un village qui lui permettrait d’en acheter tous les jours, du répulsif pour insectes. Dans mon sac je mettrai aussi mon hamac et une veste pour la fraicheur de l’aube.

Vue de Puerto Asis

Vue de Puerto Asis

Arrive 16h, je croise Sebastian en moto avec son père:

On devrait partir de suite, il est déjà tard!

Je prends un moto taxi jusque port de Pegasus ou je retrouve Sebastian et Ricardo. Se joindront aussi a nous Juan Fernando, psychologue et frère de Sebastian et son amie Amanda. On prend un bateau pour l’autre rive. Les hommes ont déjà gouté quelques fois au Yage, ils sont contents et excités, parlent de leurs dernières expériences. Amanda est visiblement terrorisée, ce sera la première fois pour elle, comme pour moi. Elle me demande si je n’ai pas peur, je mens et lui dit que non.

De l’autre rive, on part pour une virée de trente minutes en moto taxi pour arriver a une entrée de chemin ou le taita Bernardo nous rejoindra plus tard. On marche environ 30 minutes a travers jungle pour arriver à sa maison. Me traverse la tête l’idée que je suis bien loin de quelconque poste de secours et que s’il se passe quelque chose, on devra faire avec le minimum, en terme de médecine dure… RIEN! Cette idée me quitte rapidement, je suis rassuré avec les personnes avec lesquelles je suis, je leurs fais totalement confiance. Sebastian est de ces personnes qu’on devine profondément bonnes d’un simple regard et le taita dégage une aura de calme et de sérénité.Je m’émerveille sur le chemin de la beauté de la jungle. A chaque pas, je découvre un arbre fruitier, une fleur magnifique, des oiseaux de couleurs exotiques, des bruits d’animaux inconnus… Ici la richesse n’est pas synonyme de liasses de billets.

On arrive, le taita et sa famille nous invitent a une agua panela. Ensuite on va se baigner dans une rivière un peu plus loin en prenant garde de ne pas frôler serpents ou crocos. Le coucher de soleil est sublime ici, les couleurs sont merveilleuses, la lune brille d’une force étonnante. La nuit va être magnifique.

Bords du fleuve Putumayo, proche de Puerto Asis, Colombia

Bords du fleuve Putumayo, proche de Puerto Asis, Colombia

J’arrive au lieu où aura lieu la cérémonie. Le chamane Bernardo cultive l’ayahuasca, il y en a qui pousse à perte de vue ici. On va discuter 2 heures avant de commencer. Pendant cette période, je reste strictement calme, je n’ai pas envie de parler, je veux ressentir et profiter au maximum de l’air ambiant, du moment présent. La peur m’a maintenant définitivement quitté, je suis sur de vouloir découvrir ce monde et me sens incroyablement serein.

Le taita nous donne les instructions, je retiens le plus important:

« Par ici ce sont les toilettes, vous pouvez vomir par là. N’ayez pas peur, si vous voyez des choses terrifiantes, rappelez-vous que c’est le YAGE qui est en vous, rappelez-vous que c’est lui qui vous donne des visions. »

Je devine dans les discussions de plus en plus agitées de mes amis que la pression monte.

A 21h30, l’assistant du taita nous rejoint ainsi que ceux que je devine être le fils et la fille du chamane. Il y a un grand feu de bois et on a mis en place des bougies et une sorte d’autel sur lequel il y a outils chamaniques et la bouteille contenant la potion magique. Le taita se vêtit: colliers de coquilles qui serviront de percussion et bouquet de plume. Il y a aussi divers breuvages médicinaux, une radio et des harmonicas.

En agitant ses outils et proclamant le nom de la plante sacrée et de Dieu devant l’autel, le taita initie la cérémonie. Puis vient le moment ou il me demande de me lever, me demande prénom et nom de famille, sert une coupole de YAGE, me la donne. Je bois ce liquide marron, épais et amer et tout ce rituel me donne l’impression de sentir l’énergie de la plante se répandre en moi. Je m’assois et le taita appelle tour à tour les autres participants. Dans le silence le plus complet, chacun médite et attend les effets de la plante. Ceci se font sentir au bout de 30 minutes pour moi, et je peux lire sur le visage de mes camarades que pour eux aussi. Je regarde le feu et commence à avoir des sensations de profondeurs troublées. Je vois des dessins géométriques colorés et mouvants. Le taita et son assistant chantent. Il s’approche de moi, chante, fait des percussions avec son collier et agite de manière rituelle son bouquet de plume autour de moi. Mon corps et mon âme le suivent automatiquement.

Masque sur le marché d'Iquitos

Masque sur le marché d’Iquitos

Je sens que dans mon estomac il y a une machine à laver industrielle gigantesque puis tour à tour je me sens mal avec des pensées négatives et l’envie de vomir, puis bien dans mes hallucinations, dans la beauté du monde qui m’entoure, puis connecté avec la terre, la lune, le feu, les amis, le Taita. Je croise le regard de Sebastian et il transite entre nous des millions d’informations non-verbales fortes et secouantes. Je ne contrôle plus mon corps, je m’assois, change systématiquement de position, gratte la terre… Je suis comme possédé, ou plutôt le lien entre mon âme et mon corps n’est plus tellement net. En fait mon âme est autant reliée a mon corps qu’aux autres éléments qui m’entourent. Quand mes jambes sont croisées, je peine énormément à les décroiser, comme si des chaines invisibles se seraient enroulées autour de mes pieds. Et toujours cette envie de vomir qui resurgit et qui se fait de plus en plus oppressante.

Je me lève, vais tant bien que mal jusqu’à un arbre et me tient a lui. La sensation lorsque je vomis est d’une rare puissance. Je sens l’énergie partir de mes pieds, remonter petit a petit jusque mon estomac qui me parait alors compressée d’une manière radicale et vomit d’un jet puissant en sentant quelque chose de grave quitter mon corps. Taita Bernardo s’approche de moi, agite ses plumes et chante. Il prend ma tête dans ses mains, puis aspire mon énergie par mes cheveux pour la recracher dans la nature. C’est incroyable, je sens et vois littéralement  cette énergie sortir de mon corps passer par la bouche et la gorge du Taita et la voit “se faire digérer” dans son estomac puis recracher ensuite. Lorsqu‘il repart, je me sens vidé, propre, sain.

Je retourne m’asseoir et prend rapidement conscience de mon entourage réel et direct. Amanda est allongée prêt du feu, elle semble dormir mais je sais qu’elle ne dort pas. Sebastian est en position de méditation et je vois qu’il vit des moments très forts lui aussi. Ricardo et les enfants du Taita sont de l’autre coté de la hutte. Juan Fernando exprime une profonde folie. Il affiche un grand sourire, pousse gémissements et rires convulsifs et regarde son entourage d’un air illuminé. Le Taita et son assistant vont et viennent, dansant, chantant: “Nous allons dansant, nous allons chantant avec le YAGE YAGE YAGE”, “Il va purifiant, il va soignant, il va illuminant, YAGE YAGE YAGE”, “Merci Dieu, merci YAGE ”…

Peinture d'un artiste colombien avec l'aide du Yage

Peinture d’un artiste colombien avec l’aide du Yage

Parfois l’assistant ouvre le feu de bois et ressort de ses entrailles des braises. Le spectacle est merveilleux, les couleurs, le feu! Il les met dans un sceau, et y ajoute quelque chose qui crée une fumée épaisse et une odeur agréable. L’effet est toujours très puissant, mon corps est incontrôlé, je suis assis, puis a quatre pattes, puis je gratte la terre, puis je prends la bouteille d’eau qui se transforme en instrument de musique et objet transitionnel que je sers fort dans mes bras. Je joue de la musique avec le Taita Grand Oiseau coloré et son assistant, en tapant un rythme qui ne vient pas de moi, et je danse d’une danse qui m’est insufflée par mon environnement. Je sens l’eau que je bois et son énergie pénétrer en moi.

Un moment je me retrouve en position d’oraison en sachant très bien et en me répétant que je suis athée. Je me sens illuminé, je me sens submergé de révélations. Je me sens honoré de pouvoir vivre ceci. Je comprends en ce moment précis le monde qui m’entoure tel qu’il est, sans mot. Et la jungle est enchantée, belle et mystérieuse.

La maison du Taita se situe aux alentours du Putumayo, dans les profondeurs de la jungle

La maison du Taita se situe aux alentours du Putumayo, dans les profondeurs de la jungle

Je perçois de temps en temps les autres qui vomissent. A cela s’ajoute pour moi l’envie de me purger par d’autres orifices et l’effet est libérateur. L’effet de me retrouver dans la nature pure, de voir les étoiles, la lune, la jungle. Le Taita me demande de temps en temps comment je vais. Je lui réponds un “muy bien” fastidieux, car difficile pour moi de revenir dans ce monde ou l’on communique par la parole. Le lien avec le Taita est très fort, dans mes délires les plus profonds, lui et lui seul peut me guider, me ramener sur terre par un mot, un regard, une chanson, un son d’harmonica. Cette homme a aussi le pouvoir de me faire voyager par ces mêmes moyens. De temps à autre, le Taita et son assistant nous passent des breuvages parfumés et rafraichissant que l’on se passe sur tout le corps et l’effet est délicieux. La notion de temps a disparu. Une seconde dure un jour et une heure peut durer une seconde. Parfois j’entends des explosions au loin.

On s’assoit ensemble vers 0h30, Ricardo, Sebastian, Juan, le Taita et moi. Il nous propose un second verre. Je refuse, l’effet est encore trop fort pour moi et je crains ne pas pouvoir revenir si je prends un deuxième verre. Les autres le prennent. Petit a petit, je sens l’effet diminuer. Je regrette alors d’avoir refuser ce second verre, j’ai comme une sensation mélancolique de paradis perdu. Je m’allonge et suis sujet a un calme complet, profond et doux. C’est a ce moment que je pense a ma famille, a mes amis. Je vois aussi des personnes que j’ai du mal à comprendre pourquoi je les vois. Je pense à mon voyage, à ma vie. Ce moment est fort, mes pensées sont intenses et mes perceptions sont différentes de celles de tous les jours. J’apprécie.

Je sommeille par moments et de doux rêves m’habitent. La cérémonie continue pour les autres, dans le calme. Au lever du jour, le Taita et son assistant procèdent au rituel de lavement. Voila, c’est terminé. Je sens mon corps et mon âme lavés, vidés. J’ai presque l’impression d’une renaissance.

On paie le chamane et je le remercie sincèrement. Il est expérimenté et son travail fut merveilleux. On rentre a pieds, se raconte nos expériences vécues. Pour tous elle a été très forte et plus ou moins belle.

Tableau chez mes hôtes, ma famille putumayense

Tableau chez mes hôtes, ma famille putumayense

Attention

De nombreux touristes viennent en Amérique du Sud afin de goûter l’AYAHUASCA. De fait, de nombreux faux chamanes se sont installés pour en profiter. On peut ainsi recenser des cas de morts. Des personnes retrouvées en morceaux dans des rivières par exemple :) . L’AYAHUASCA est très sérieux.

Au marché d'Iquitos. A mon avis, à éviter.

Au marché d’Iquitos. A mon avis, à éviter.

L’AYAHUASCA est un puissant remède, une cure. Une confiance absolue en les capacités du chamane, en les personnes qui vous accompagnent est absolument nécessaire.

 

Je suis preneur de toute analyse, expérience similaire ou quelconque réaction que ce récit vous inspire.