Me voilà sans travail. J’ai comme une envie de voyage. Je trouve un billet aller-retour bon marché pour l’île de Santiago au Cap-Vert. J’y vais.

Le Cap-Vert est un archipel constitué de dix îles situé dans l’océan Atlantique à environ 500km des côtes sénégalaises. La langue officielle est le portugais mais on y parle surtout le créole, criolou capverdien.

Dans l’avion, j’ai déjà l’occasion de gouter à l’hospitalité capverdienne lorsque mon voisin me propose un hébergement pour la nuit. J’atterris à Praia (capitale du pays) samedi à 1h du matin. Les formalités de visa prendront un peu de temps, je ne pourrai pas passer la nuit chez mon nouvel ami. Je décide de finir la nuit dans l’aéroport et de partir à pied au centre ville à l’aube. J’aime bien l’idée de faire mes premiers pas en Afrique à pied. Il y a environ une heure de marche.

Lever de Soleil près de l'aéroport

Lever de Soleil près de l’aéroport

Le vent souffle régulièrement, la température est agréable, l’air est sec.

Après l’interminable route de l’aéroport, j’entre dans la ville de Praia.

Praia en venant de l'aéroport

Praia en venant de l’aéroport

Praia

Praia

Praia

Praia

Sur la Praça Alexandre Albuquerque, il y a le wifi gratuit. Je contacte un couchsurfeur, Kingsley, que je retrouve quelques minutes plus tard près du marché sucupira.

Je lui donne la bouteille de whisky que je lui ai achetée. Il me raconte qu’il est fauché en ce moment. Il me dit qu’il vient du Nigéria, qu’on lui aurait proposé un contrat de football dans une équipe capverdienne, qu’à son arrivée il se serait rendu compte que c’était une arnaque, que son coach aurait vendu son billet retour, qu’il gagne à peine de quoi payer sa chambre et manger, que sa famille lui manque etc…

On va faire les courses. Il choisi des ingrédients qui suffiraient pour quinze personnes. Je le freine un peu, c’est moi qui vais payer.

On se fait donc un bon repas, Kingsley est un bon cuisto. Le soir il me propose d’aller à une fête, mais je devrais lui payer le taxi et des boissons. Je lui propose une sortie accessible à pied et je lui offrirais une bière avec plaisir. Il semble déçu. Finalement je m’endormirai de bonne heure sur le matelas que l’on partagera dans sa petite chambre.

Le lendemain, lorsque je souhaite partir, Kingsley me demande de l’argent. Il semble fondre en (fausses) larmes lorsque je refuse.

 

J’ai décidé de partir à Tarrafal. Cette ville se situe tout au nord de l’île (alors que Praia est à l’extrémité sud), je traverserai donc toute l’île, ce qui pourrait me donner des idées pour la suite de mon séjour.

Tarrafal

Tarrafal

En arrivant, je me mets à la recherche d’un restaurant. J’en trouve un qui vend une cachupa, plat national, à bon prix. J’y rencontre Sana et Dju qui boivent un grogue ici (rhum local). Je me joins à eux, partage un grogue avec eux et vais à la visite de Tarrafal.

Tarrafal

Tarrafal

Tarrafal

Tarrafal

Tarrafal

Tarrafal

Tarrafal

Tarrafal

La nuit tombée, je cherche un petit coin pour planter ma tente.

Camping au Cap-Vert

Camping au Cap-Vert

Le lendemain, je croise Dju près du marché. Il me demande où j’ai dormi. Quand je lui parle de mon camping, il me dit que c’est dangereux. Il m’invite à la maison de sa mère.

Dju parle criolou et portugais, la communication est un peu compliquée. Surtout quand il s’agit d’expliciter ou d’argumenter. En tout cas, je suis content de passer la nuit chez l’habitant, j’accepte volontiers.

Sa mère vit avec deux de ses filles, un fils, un neveux et une petite fille.

Dju vit dans une autre maison avec sa femme et ses enfants. Je ferai beaucoup rire la famille en me souvenant des surnoms de Dju (Sancho Branco, singe blanc) et de son épouse (Sancha Preta, singe noir). En effet, à côté de Sancha Preta, Dju a la peau blanche.

Je suis accueilli les bras ouverts, on m’offre à manger (poisson frit avec riz). Je me fais fâcher quand je dis avoir campé dans les montagnes. La mama me fait le signe de la gorge coupée en disant « banditous ». Je n’arrive pas à expliquer que je suis vigilant et que je fais attention où je plante ma tente. D’ailleurs on ne me laissera plus sortir seul! Je serai obligé de partir discrètement pour pouvoir de temps en temps jouir d’un peu de solitude. Je suis vraiment touché par cette inquiétude à mon égard.

Dju (allongé sur le lit), Marso et Mélia, la mama

Dju (allongé sur le lit), Marso et Mélia, la mama. Mon matelas est à gauche.

Avec Dju, on part à la rencontre de To, un capverdien de 53 ans, une vingtaine d’enfants, dur comme le fer. To parle fort, tape son poing sur la table quand il est content, est plein d’énergie. Les deux sont pêcheurs. Les deux ont, comme la grande majorité des hommes ici, un faible pour le grogue. On s’entend bien.

To (sur la droite) jouant à l'ouro à la vitesse de la lumière

To (sur la droite) jouant à l’ouro à la vitesse de la lumière

Dju (à gauche) et To me font gouter un grogue "aphrodisiaque" avec fruits de mer macérés

Dju (à gauche) et To me font gouter un grogue « aphrodisiaque » avec fruits de mer macérés

Jeu de cartes local

Jeu de cartes local

Bar

Bar

Finalement, boire le grogue avec les amis est un bon moyen de connaître le pays, la vie locale. Je traverse des quartiers que je n’aurai pas eu idée de visiter, je rentre dans des maisons que je n’aurais pas imaginé être des bars, je rencontre beaucoup de capverdiens.

Tarrafal

Tarrafal

Tarrafal

Tarrafal

L'école

L’école

Centre de distribution d'eau

Centre de distribution d’eau

Je me coucherai tôt ce soir là, après avoir été généreusement nourri pas la maman de Dju.

Le lendemain, je pars faire une petite rando autour de Tarrafal.

Pêcheurs à Tarrafal

Pêcheurs à Tarrafal

Tarrafal

Tarrafal

Aloe Vera

Aloe Vera

Rando près de Tarrafal

Rando près de Tarrafal

Rando près de Tarrafal

Rando près de Tarrafal

Rando près de Tarrafal

Rando près de Tarrafal

En rentrant à la maison, je comprends que je suis invité pour toute la durée de mon séjour. Pendant ces jours, j’ai acheté quelques dizaines de kilos de poisson fraîchement pêché directement à la plage.

Pêcheurs de Tarrafal

Pêcheurs de Tarrafal

Le poisson est directement partagé et vendu sur la plage (de jour)

Le poisson est directement partagé et vendu sur la plage (de jour)

Le poisson est directement partagé et vendu sur la plage (de nuit)

Le poisson est directement partagé et vendu sur la plage (de nuit)

Bar de plage

Bar de plage

En attendant le retour des pêcheurs

En attendant le retour des pêcheurs

En attendant le retour des pêcheurs

En attendant le retour des pêcheurs

J’ai donc ma famille à Tarrafal, ce sera ma base et je ferai quelques visites à partir d’ici.

J’irai au marché d’Assomada avec Dju où je mangerai mon meilleur repas.

Assomada

Assomada

Marché d'Assomada

Marché d’Assomada

Marché d'Assomada

Marché d’Assomada

Thon

Thon

Un repas avec steak de thon à 1,50 euros, un délice!

Un repas avec steak de thon à 1,50 euros, un délice!

Marché d'Assomada

Marché d’Assomada

Un autre jour, avec Fico, on ira à la Serra Malagueta, un parc naturel situé dans les montagnes (environ 1000m d’altitude) vers le centre-nord de l’île. On marchera quelques heures jusqu’à une route du littoral où l’on reprendra un véhicule pour rentrer.

Serra

Serra

Serra Malagueta

Serra Malagueta

En descendant de Serra Malagueta

En descendant de Serra Malagueta

En descendant de Serra Malagueta

En descendant de Serra Malagueta

En descendant de Serra Malagueta

En descendant de Serra Malagueta

On saute dans le premier véhicule qu'on croise!

On saute dans le premier véhicule qu’on croise!

Un jour, Dju me dit que la tante de son épouse est décédée. Il me propose de l’accompagner aux funérailles. On est en retard pour l’enterrement mais on arrive à une cérémonie des proches de la famille.

Les plus proches de la personne décédée sont dans la maison. Elles pleurent à haut volume et chantent des incantations répétitives. Une grande file, composée de ceux que je suppose être la famille, les voisins du quartier, est constituée devant la maison. On s’y joint avec Dju. Au loin, les gens sont souriants et l’ambiance est presque joviale. Plus on s’approche de la maison, plus la tristesse se fait ressentir jusqu’à devenir envahissante. En entrant dans la maison, chacun prend tour à tour dans ses bras les 5 personnes proches de la décédée. Dju m’explique que ces personnes pleureront pendant 7 jours.

——————————————————

Après de nombreux grogues, de bonnes balades, de nouvelles amitiés, beaucoup de rires, il est presque temps de repartir. C’est drôle, en ce fin de séjour, je me promène à Tarrafal et m’arrête régulièrement pour saluer un ami, j’ai l’impression de connaître du monde!

Pour mon départ, ma famille accueillante organise une petite fête avec grillada. Poulet, Poisson, grogue et vin!

Pesh

Pesh

Gallina

Gallina

Grillada

Grillada

Todou bom, cé fish!

Cabo Verde é sabi!

 

Pontche maison

Pontche maison

Les vaches de l'aéroport

Les vaches de l’aéroport